- Lionnel Gras - http://lionnelgras.com -

Les êtres et les objets se perforent, Simon Nicaise

Posted By lionnelgras On 18 janvier 2015 @ 14 h 01 min In | No Comments

Les êtres et les objets se perforent, Simon Nicaise, Ed. Galerie Bodson, Bruxelles et Galerie Dominique Fiat, Paris, 2014, 87 p.

 

 

Les êtres et les objets se perforent est la première monographie consacrée à Simon Nicaise. Elle réunit les œuvres majeures de l’artiste, depuis ses premières expositions jusqu’aux pièces les plus récentes.
L’essai de Lionnel Gras, historienne de l’art et curatrice d’expositions, propose un ensemble de mouvements transversaux qui se présentent comme autant d’entrées pour appréhender la richesse du travail de Simon Nicaise. L’analyse détaillée met en perspective les notions-clefs du travail : la construction, le geste, l’événement, l’accident, l’entropie, le système, la fiction, ou encore l’appropriation. L’auteure expose et prolonge les enjeux esthétiques qui sous-tendent la pratique de l’artiste, utilisant des images et des outils d’analyse aussi divers qu’inattendus. Son approche est naturellement enrichie par le souvenir de conversations régulièrement partagées avec l’artiste et une fréquentation continue de ses œuvres. Au fil du texte, des mélodies rythment la pensée critique.

« Le territoire d’élection de l’artiste oscille entre des registres apparemment rivaux : la candeur ingénue, la poésie fleur bleue et la machination tragique. La poésie se mêle parfois au quotidien trivial, au dévalué, au grotesque, à la farce et à l’humour potache. L’incohérence et l’absurde donnent lieu tout aussi bien à des actions anti-héroïques ou modestes (balayer par exemple) qu’à des gestes à l’allure prométhéenne (faire tenir l’impossible). Chez Simon Nicaise, la neige se conserve au congélateur, la première pierre est déposée sur un vulgaire mur de parpaings cimentés et le bruit de la mer nous est livré à l’aide d’un amplificateur industriel standard. Le rapprochement, parfois antagoniste, d’objets conduit à mettre en place un autre rapport cognitif et visuel à la réalité, comme une nouvelle lucidité peut-être. »

Lionnel Gras

 

Le travail de Simon Nicaise (né en 1982 à Rouen, vit à Paris) se développe essentiellement dans les champs de la sculpture et, plus récemment, celui de la performance. Simon Nicaise détourne fréquemment des objets du quotidien qu’il transforme et charge de tensions pour révéler, entre autres, la fragilité de l’instant et du sens.

Simon Nicaise participe à de nombreuses expositions dans des institutions et centres d’art en France et à l’étranger (Allemagne, Belgique, Suisse), dont notamment Seconde Main au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 2010. Il est lauréat du Prix Jeune Création en 2009 puis du Prix Sciences-Po pour l’art contemporain en 2011.

///

Les êtres et les objets se perforent is the first monograph dedicated to Simon Nicaise. It gathers major works by the artist, from his first exhibitions to his most recent pieces.
The essay by Lionnel Gras, art historian and curator, offers several transversal movements which act as doors to comprehend the wealth of Simon Nicaise’s work. The detailed analysis puts into perspective the key notions in his oeuvre: construction, gesture, event, accident, entropy, system, fiction, and even appropriation. The author shows and expands the aesthetic questions which underlie the artist’s practice, using images and analytical tools as diverse as they are unexpected. Her approach is naturally enriched by the memory of regular conversations shared with the artist and a constant interest in his work. As the text unfolds, melodies punctuate the critical thought.

“The artist’s elected territory wavers between apparently rival registers: ingenuous naivety, “poésie fleur bleue” (sentimental and romantic poetry), and tragic machination. Sometimes poetry mingles with the trivial and usual daily round, with what is devalued, with the grotesque, with farce, and with schoolboy humour. Incoherence and absurdity give rise just as much to anti-heroic and modest actions (sweeping, for example) as to Promethean-like gestures (making the impos­sible stand up). With Simon Nicaise, snow is kept in the deep freeze, the first stone is laid on a vulgar wall made of cemented breeze-blocks, and the noise of the sea is delivered to us with the help of a standard industrial amplifier. The at times antagonistic comparison of objects leads to the introduction of another cognitive and visual relation to reality, like a new lucidity, perhaps.”
Lionnel Gras

 

The work of Simon Nicaise (born in 1982 in Rouen, lives in Paris) first evolved within the field of sculpture, and extended more recently to performance. Simon Nicaise often diverts daily life objects to transform and load them with tension in order to reveal, among other things, the fragility of the moment and that of their meaning.
Simon Nicaise participated in numerous exhibitions in art institutions and centres in France and abroad (Germany, Belgium, Switzerland), among which the exhibition Seconde Main at the Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris in 2010. He won the Jeune Création Prize in 2009 and the Sciences Po Prize for Contemporary Art in 2011.

 

POUR COMMANDER

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=3213&menu=

 


Retour à – return to: TEXTES-TEXTS > MONOGRAPHIE

 


Article printed from Lionnel Gras: http://lionnelgras.com

URL to article: http://lionnelgras.com/?page_id=386

Copyright; 2015 Lionnel Gras. All rights reserved.