Loading Selected Work...
Menu

BIOGRAPHIE

Historienne de l’art et critique d’art, Lionnel Gras (1984) participe activement à la conception et à la réalisation de projets d’art contemporain. Active depuis 2009 en Suisse romande, elle s’est principalement consacrée à la commande publique (au Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève, en tant que collaboratrice scientifique chargée de seconder la responsable du FMAC dans l’organisation et la réalisation des projets d’art dans l’espace public, de 2011 à 2015) et à l’enseignement en école d’art (à la Haute école d’art et de design de Genève, de 2010 à 2014).

Lionnel Gras a, par ailleurs, conçu et organisé plusieurs expositions collectives et monographiques pour des institutions et des espaces indépendants (dont trois expositions personnelles consacrées aux artistes : Laurent Kropf, Aloïs Godinat et Simon Nicaise). Ses écrits sont publiés dans des revues spécialisées d’art contemporain (Artpress), des catalogues et des monographies (principalement diffusés aux presses du réel). Elle est l’auteure de trois récentes monographies concernant le travail de jeunes artistes : Caroline Corbasson, Fabian Boschung et Simon Nicaise.

Elle est membre de l’AICA (Association internationale des critiques d’art), de l’association Paste (association des diplômés du Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition) et présidente de l’association Scapula, consacrée à la production et coordination de projets culturels.

Ses principaux champs de recherche s’articulent autour de plusieurs axes de réflexion (les principales collaborations sont indiquées entre parenthèses : elles concernent aussi bien des projets d’expositions que des essais) :

Au seuil du visible, de l’intelligible et du lisible :

Prenant son origine dans des études approfondies liées notamment à l’entropie et à la dystopie, aux croisements entre les médiums (avec une attention particulière portée à la notion de contre-emploi et plus particulièrement à la sculpture filmée, photographiée et performée) et à l’usage de stéréotypes, la notion de seuil est au cœur de nombreux projets. Ceux-ci envisagent l’exposition dans des temporalités plurielles et engagent des collaborations avec des artistes pour qui le temps n’est pas seulement un concept mais la matière même de leurs œuvres. Dans une dialectique entre apparition et disparition, les formes de l’ « event », la répétition, l’écho, l’arrêt, le contretemps/ l’accident, la réversibilité et le différé sont fréquemment sollicitées. Elles sont souvent liées à une certaine forme de modestie et de minimalisme. La forme, le sens et l’émotion sont régulièrement envisagés dans une approche littérale qui, dans un même mouvement, les épuise et les alimente.

Principales collaborations : Pierre-Olivier Arnaud, Aloïs Godinat, Simon Nicaise, Caroline Corbasson, collectif P4, Gilles Furtwängler, Stéphane Thidet, Delphine Renault.

Les identités artistiques :

Fictive, partagée ou déléguée, l’identité de l’artiste se situe au centre de plusieurs recherches qui portent notamment sur les œuvres à activer et les expositions programmatiques, les formes de la délégation et les systèmes de production engageant des collaborations inattendues (notamment hors de la sphère artistique). Les notions corollaires de signature, de paternité de l’œuvre et d’autorité sont également engagées dans cette recherche. L’objet original et le statut singulier de l’artiste sont régulièrement troublés, notamment dans les projets favorisant les passerelles entre l’espace d’exposition et l’espace public. L’étude des relations entre le corps et la machine (et plus généralement l’objet) participe également de cet intérêt pour les identités hybrides et plurielles.

Principales collaborations : Aloïs Godinat, Emilie Parendeau, Ghislain Mollet-Viéville (…), Laurent Kropf, Fabrice Gygi, Fabian Boschung, Cycle d’expositions Procuration subordonnée à une condition suspensive.

Plus d’info.

 

1912538_10152356690539099_1994328022796183596_o

An art historian and critic, Lionnel Gras (1984) participates actively in the conception and production of contemporary art projects.  Active since 2009 in romande Switzerland, she has principally devoted her efforts to public commissions (as research collaborator at the Contemporary Art Fund of the City of Geneva FMAC assisting the director in the organization and realization of art projects in public space) and to teaching in an art school (at the art and design school of Geneva HEAD).

Moreover, Lionnel Gras has conceived and organized several group and solo exhibitions in institutional contexts and in independent space (including three solo shows devoted to artists:  Laurent Kropf, Aloïs Godinat and Simon Nicaise).  Her writings are published in specialized contemporary art reviews (Artpress),  catalogues and monographs (primarily published at les presses du réel).  She is the author of three recent monographs devoted to the work of young artists:  Caroline Corbasson, Fabian Boshung and Simon Nicaise.

She is a member of AICA (International Association of Art Critics), of the Paste Association (association of Master 2 Exhibition Science and Techniques alumni) and president of the Scapula association, devoted to the production and coordination of cultural projects.

Her primary fields of research are articulated around several axes of reflection (the primary collaborations are indicated between parentheses: they include exhibitions as well as essays):

On the threshold of the visible, the meaningful, the legible:

Finding its origin in her extensive research linked especially to entropy and dystopia, to the crossing of artistic mediums (with particular attention devoted to the notion of playing against type and even more especially to sculpture that is filmed, photographed or performed) and the use of stereotypes, the notion of the threshold is at the heart of many projects.  These imagine the exhibition in multiple time-scales and engage collaborations with artists for whom time is not only a concept but the very material of their work.  In a dialectic between apparition and disappearance, the event, repetition, echoing, stoppage, contretemps, reversibility and deferment are often drawn upon.  They are often related to a certain kind of modesty and minimalism.  Form, meaning and feeling are regularly imagined in a literal approach that in the same movement both exhausts and nourishes them.

Primary collaborations:  Pierre-Olivier Arnaud, Aloïs Godinat, Simon Nicaise, Caroline Corbasson, collectif P4, Gilles Furtwängler, Stéphane Thidet, Delphine Renault.

Artistic Identities:

Imaginary, shared or delegated, the identity of the artist is situated at the center of research that notably bears upon « works to activate » and programmatic exhibitions.  The forms of delegation and the systems of production engage unexpected collaborations (especially outside the artistic sphere).  Corollary notions such as the signature, authorship, and authority are equally engaged in this research.  The original object and the singular status of the artist are systematically problematized, especially in projects favoring passages between the exhibition space and public space.  The study of relations between the body and the machine (and more generally, the object) equally participate in this interest for hybrid and plural identities.

Primary collaborations:  Aloïs Godinat, Emilie Parendeau, Ghislain Mollet-Viéville (…), Laurent Kropf, Fabrice Gygi, Fabian Boschung, Cycle d’expositions Procuration subordonnée à une condition suspensive.

For more information.

 


Imprimer cette page - Print This Page Imprimer cette page - Print This Page